mardi 17 septembre 2019
Accueil / Société / Le verdict des sans voix : Fermer la SIAPE

Le verdict des sans voix : Fermer la SIAPE

Par Zouhair BEN JEMAA

La deuxième ville du pays recule à vue d’œil dans tous les domaines et le mal vivre rattrape les plus optimistes parmi les jeunes : le paysage est souillé, la mer est malade par la pollution, les vergers sont devenus des paysages de fin du monde, et le plus dramatique c’est le plombage de l’expansion de toute une région par une poignée de cupides qui s’en foutent comme d’une guigne de la souffrance de plus d’un million d’habitants ! Les citoyens dignes réclament à cor et à cri qu’on en finisse avec cette outrance ordurière que les gouvernements successifs feignent de ne pas voir ; sinon comment expliquer que ces gouvernements ne daignent même pas regarder sur une carte géographique pour constater de visu qu’il est criminel d’occuper toute une côte noble en plein centre ville pour stocker et exploiter des matières chimiques radioactives étouffant toute une population ! Les citoyens ne demandent pourtant ni argent ni aide, ils demandent juste du bon sens et de la bonne foi ! Les mots qui choquent, les mots qui fâchent sont subtilement neutralisés par un lobby qui joue sur les termes pour choisir le terrain sur lequel la discussion doit être menée. Pendant plus de soixante années, le groupe chimique a déversé des millions de tonnes de déchets toxiques, en mer, sur terre et dans les airs agressant et contaminant le dixième de la population tunisienne ! La question est de savoir qui, parmi les SFAXIENS, va se lever le matin, se dire que trop c’est trop, de prendre la direction de l’usine tueuse avec la ferme intention de la fermer une fois pour toute ? A chaque mouvement citoyen, la machine à créer du doute se met en marche. Pour le lobby hyper actif du groupe chimique, tant qu’il y a controverse, il y a doute, et le doute profite toujours à l’accusé : dans le cas présent, la SIAPE marque des points et s’assoit sur les lois nationales et internationales ! Rappelons que d’après la convention de BARCELONE, il est strictement interdit de jeter le moindre déchet dans la mer méditerranée. Tout est bon pour les dirigeants du groupe incriminé pour reporter la fermeture invoquant  l’éternel chantage au chômage, alors qu’en réalité, la fermeture de la SIAPE ouvrirait des horizons de développement qui créeraient des dizaines de milliers d’emplois ! La décision de fermeture par L’État traine depuis 2009, et pourtant, les gouvernements se succèdent et se ressemblent, cédant à la force du lobby industriel qui manœuvre la désinformation avec une main de maître ! Au lieu d’appliquer le principe de pollueur payeur, nous sommes dans un mode de pollueur payé : l’État ne paie t-il pas, grâce à l’argent du contribuable, les frais de santé causés par la pollution, et le citoyen ne paie t-il pas cher par son mal vivre depuis des générations ? Que faut-il attendre pour que les politiques passent du dire au faire ? Une concentration de métaux lourds à effet toxique est stockée à ciel ouvert sans la moindre protection, l’État a la possibilité et le devoir de soulager toute une population en permettant à SFAX de s’étendre sur son versant Sud pour rejoindre les régions en difficultés du centre et du Sud du pays ! Cette forteresse qu’est la SIAPE, avec son histoire, avec son silence, avec son insensibilité aux menaces qui pèsent sur plus d’un million de citoyens, est la cause de tous les maux écologiques, économiques et socioculturels d’une région endeuillée ! Les SFAXIENS sont les premiers responsables de ce qui leurs arrive, qui par ignorance, qui par peur, qui par complicité avec le lobby du mal, tous doivent expliquer aux générations futures pourquoi ils ont laissé déverser le PHOSPHOGIBBS à émanations toxiques et radioactives pendant des décades, et pourquoi ils se sont laissés berner par les hypocrites qui prétendent tout transformer en activités chimiques non polluantes, ce qui est archi-faux ! Il faut également rappeler que le devenir d’un million de citoyens ne peut pas, ne doit pas être dicté par le groupe chimique, mais par la société civile et les citoyens qui la composent et qui s’empestent de l’air polluée qui leur est distillée par l’industrie de la mort ! En attendant que la société civile bouge dans le bon sens, SFAX a urgemment besoin d’un nouveau gouverneur car, celui en exercice, vient de nous rappeler à son bon souvenir ; il nous a donné une triste image du prestige de l’État en se rangeant du côté du désordre et du non respect de la loi, si ce gouverneur avait délibérément voulu décevoir les médecins et beaucoup de syndicalistes dignes, il n’aurait pas pu s’y prendre autrement ! En allant rendre visite au CHU de SFAX en compagnie du semeur de zizanie de service, celui qui s’est toujours assis sur toutes les règles de la République, le gouverneur a nargué le corps médical tout entier ! Si c’est cela le sens de la responsabilité, alors la Tunisie est tombée bien bas !

Discussion

A propos de Zouhair BEN JEMAA

Expert en art culinaire et en hôtellerie. Actif de la société civile dans le domaine de la santé. Chroniqueur et écrivain.

A voir aussi

Le secteur de la santé attend son électrochoc !

Par Pr.ag Aida Borgi Nous ne sommes pas censés crier « AU SECOURS », « AU FEU » tous …