dimanche 19 mai 2024
Accueil / Actualité / Mon édito … par Myriam Belkadhi : Quel sens aura le 14 janvier cette année ?

Mon édito … par Myriam Belkadhi : Quel sens aura le 14 janvier cette année ?

La date du 14 janvier n’a jamais fait l’unanimité. Il faut avoir l’honnêteté intellectuelle de le dire.

Le président Kais Saied et ses partisans ne reconnaissent pas le 14 janvier comme date de la révolution. Pour eux, la date référence est le 17 décembre 2010. Donc ils n’appellent pas à descendre dans la rue.

Le PDL annonce une marche en direction du Palais de Carthage. Le parti présidé par Abir Moussi ne veut pas se retrouver à l’avenue Habib Bourguiba aux côtés d’Ennahdha et ses acolytes. Son objectif est triple: manifester son détachement de tout autre parti d’opposition. Et notamment Ennahdha. S’attaquer à Kais Saied avec ses propres slogans. Et faire une démonstration de force face à tous ses adversaires. La plupart de ceux qui appellent à manifester le 14 janvier le font essentiellement pour dire leur opposition à Kais Saied et faire pression sur lui. Les slogans de 2011, “travail, liberté, dignité “ ont fait place à “ non à la dictature de Saied, non au coup d’état, non au populisme” Le Quintette formé par Le Courant Démocratique , le Parti des Travailleurs, Ettakattol, Al Jomhoury, El Qotb, sera dans la rue le 14 janvier. Leur opposition à Kais Saied n’est plus à démontrer. Ils demandent des élections présidentielles anticipées.

Le Front du Salut composé par Ennahdha, El Karama, Qalb Tounes et plusieurs personnalités politiques et de la société civile appellent à descendre dans la rue le 14 janvier en utilisant le slogan de la révolution “ إرحل – Dégage” et “Commémoration de la révolution tunisienne et contre le coup d’état”.

Le Mouvement Echaab, soutien du président de la république, n’a pas annoncé sa position.

Est-ce que les citoyens répondront à l’appel? Est-ce que les tunisiens seront présents pour le 12ème anniversaire de la Révolution?

Est-ce que l’UGTT appellera à manifester? Les avocats? La société civile?

Est-ce que le président prendra quelques décisions et quelques résolutions dans les jours qui viennent?

L’opposition ne peut pas et ne doit pas être unifiée, même si Ennahdha appelle à ça pour se donner une légitimité et une virginité perdue depuis bien longtemps. D’ailleurs ces consensus entre différents partis que rien ne devraient réunir ont mené le pays à la situation que nous vivons actuellement. Rappelons nous les fameuses droites parallèles entre Nida et Ennahdha.

Chaque parti doit défendre son programme, sa vision, ses choix économiques, son positionnement. Et que les choses soient claires pour le citoyen.

Aujourd’hui le pays a besoin de solutions pour sortir de son marasme économique et non pas pour aider Ennahdha à trouver des solutions à ses problèmes.

Attendons le 14 janvier pour voir.

Discussion

A voir aussi

Mon édito … par Myriam Belkadhi : Les leçons du 14 janvier 2023

12 ans après le départ de Ben Ali, le pays se cherche encore. Les appels …