mardi 27 juillet 2021
Accueil / Actualité / Mon édito… par Myriam Belkadhi : Pourquoi doit-on subir sans réagir ?

Mon édito… par Myriam Belkadhi : Pourquoi doit-on subir sans réagir ?

La question se pose et s’impose. Il est d’une évidence extrême que plus rien ne va, plus rien n’avance, plus rien ne bouge dans le pays. A part bien sûr les coups de matraque et les coups bas.

Il est communément admis par tous que le blocage politique est à l’origine de tout. On ne va pas revenir sur la crise sanitaire, une crise mondiale à laquelle tous les pays du monde se sont confrontés mais dont la gestion par nos dirigeants a été l’un des plus grands échecs post révolution.

Il faut avoir l’honnêteté de dire que la personnalité des différents dirigeants n’a fait qu’empirer la situation : le président de la république est coléreux et borné, le président du Parlement est rusé et sournois et le chef du gouvernement- choisi par le président et récupéré par la coalition parlementaire- est sans expérience et sans culture politique, un simple commis de l’Etat.

Le problème de la Tunisie est que les gens au pouvoir feignent oublier que le peuple les a élus et choisis pour améliorer la situation du pays. Or ils sont là dans le seul but d’améliorer leur propre situation.

Il faut que la donne change !

Il n’est plus possible d’avancer avec un régime politique pareil. Il n’est plus possible d’avancer avec un système électoral pareil ! Il n’est plus possible d’accepter un blocage institutionnel à l’origine d’une crise politique grave qui risque d’aboutir à la faillite du pays !

Regardons ce qui se passe au Liban, en Irak, en Syrie..!

Nous devons arriver à un système politique en adéquation avec la structure de la société tunisienne. Les partis islamistes doivent comprendre une fois pour toutes qu’ils sont une des causes principales de l’effritement de l’Etat. Il faut qu’ils fassent leur mue. Il faut qu’ils changent. Ce n’est plus possible qu’ils veuillent imposer leur vision. Ils ont eu leur revanche ! C’est bon maintenant ! Pareil pour les destouriens et les défenseurs de l’ancien régime. Faites votre aggiornamento. Réfléchissez programme et évolution de la société . Les défenseurs du nationalisme arabe, il est temps pour vous de comprendre que les temps ont changé et que votre discours est suranné. Le pays regorge de compétences et d’intelligences. Un pays avec un climat magnifique. Ayant la mer, le désert, la montagne, les oasis, les fruits, les légumes, les oliviers et les arbres fruitiers et j’en passe et j’en passe…

Attendons-nous la famine et la faillite pour réaliser que nous sommes obligés de tout revoir, tout repenser, tout changer?!

La Tunisie a besoin d’être réinventée par une symbiose entre la fougue des jeunes et l’expérience des adultes.

Sans ça on continuera à avoir des députés corrompus et machiavéliques, des ministres sans envergure et des partis archaïques !

Le pays est en danger aujourd’hui. Les chiffres le prouvent tous les jours. Le gouverneur de la Banque Centrale rappelle à chaque fois l’ampleur du désastre !

Il y a urgence à tout reconstruire.

65 ans après l’Indépendance, les faits sont là pour dire que le système n’a plus rien à apporter pour faire tourner l’économie. Une révolution plus qu’une réforme doit être faite dans la santé, l’éducation, la justice, la culture, l’agriculture, le sport…Nous devons construire une nouvelle Tunisie qui mise sur ses jeunes, qui regarde vers l’Afrique, qui mise sur ses atouts et invente ses propres solutions. Tout cela dans un État de droit et de respect des lois.

Rappelons pour finir que les critiques ou les propositions faites sur les réseaux sociaux, aussi utiles et intéressantes soient-elles, ne suffiront pas à changer les choses. Place à l’engagement et à l’action.

Discussion

A propos de Le Zenith

A voir aussi

Mon édito… par Myriam Belkadhi : Échec phénoménal !

Si certains pays ont pris des mesures exceptionnelles et des paris audacieux pour stopper la …