jeudi 23 septembre 2021
Accueil / Actualité / La Délivrance

La Délivrance

Par Zouhair BEN JEMAA

Rien ne vaut les réactions à chaud et spontanées, je ressens exactement les mêmes sensations de janvier 2011, les larmes de joie sont les mêmes et la délivrance ressentie est la même. Comment ces représentants du peuple n’ont-ils pas compris l’étouffement des citoyens qui les avaient hissés ci-haut, là où ils étaient avant d’être limogés ? Comment les économistes des gouvernements successifs n’ont-ils pas réalisé que la faillite était pointée depuis des années ? Comment cette bande de juges ripoux n’ont-ils pas prévu les conséquences d’une accumulation de tant de corruption et tant d’injustices ? Comment les bandits qui ont plumé les ressources de l’Etat n’ont-ils pas pensé freiner un tant soit peu pour ne pas affamer le peuple ? Comment les politiques de l’opposition surtout n’ont-ils pas eu la sagesse de s’unir en laissant leurs égos aux vestiaires, pour sauver la Patrie de l’écroulement et de la misère ?

Ce soir le peuple est en liesse dans tous les gouvernorats, même si les mouvements de la journée étaient organisées, ceci n’enlèvera rien à la spontanéité de ces citoyens qui étaient étouffés, qui n’avaient plus la moindre confiance en nos gouvernants, l’euphorie ne peut pas être organisée ! La délivrance est à présent le sentiment de tout un peuple.

On peut toujours discuter la justesse de l’article 80 de la constitution, certains s’inquiètent et à juste titre que tous les pouvoirs soient entre les mains d’une seule personne, ce qu’on peut affirmer sans risque de se tromper, c’est que la dictature n’est plus possible à notre époque, l’intérieur comme l’extérieur ne permettraient jamais un retour à la dictature ! Le seul risque qu’il faudrait bien prendre en considération, serait la division et la discorde, notre paix durable résidera dans notre unité, il faut se réjouir du jugement des responsables corrompus de tous les bords, de tous les ripoux dans toutes les institutions, mais il faut absolument réapprendre à vivre ensemble sur la base de l’amour de la Patrie, la volonté de reconstruction, et le rêve commun d’une Tunisie meilleure et développée !

L’occasion est unique pour récupérer tout l’argent volé à l’Etat, demander aux corrompus et contrebandiers l’origine de leur fortune est une pratique mondialement acceptée ! Les dossiers de terrorisme et de corruption qui sommeillaient sous les coudes de certains juges eux-mêmes corrompus doivent être vite dépoussiérés et remis dans le circuit de la justice dont nous serons tous fiers ! Une loi d’exception qui consiste à avouer, regretter et rembourser pourrait nous faire gagner du temps et nous éviter des vengeances inutiles et improductives. L’urgence numéro un, est de combattre la pandémie qui nous menace tous, une vaccination jour et nuit, une confiance totale en notre comité scientifique qui, seul doit prendre les décisions loin des politiques calculateurs et magouilleurs comme ce fut le cas avec le gouvernement limogé ! Nul ne peut nier que les décisions de ce 25 Juillet est un pur délice, combinant soulagement et intensité dans une déclinaison aromatique bien de chez nous. Respecter la loi, payer ses impôts, se remettre au travail, et donner son sang à sa Patrie, tels sont désormais les devoirs de chacun !

Nous attendons à présent un vrai gouvernement du peuple et par le peuple, qui mette en acte l’engagement pris par le président de la République, sans crispation et sans exclusion aucune ! Un appel très pressant pour le Président Kais Saïd, de grâce, adressez-vous au peuple en dialecte pour que chaque citoyen vous comprenne et vous suive. Enfin, last but not least, le moment est on ne peut plus opportun pour engager le dialogue proposé par l’UGTT, la centrale syndicale devrait s’engager entièrement dans le processus de la délivrance et cautionner la démocratie et rassurer contre toute crainte de l’installation d’une nouvelle dictature ! Mitterrand disait qu’un dictateur n’a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi. Or notre peuple avec ses femmes et ses hommes a prouvé que le dernier mot lui est toujours revenu ! Jeunes comme vieux suffoquaient avant cette décision salutaire, et la situation était invivable. Les citoyens ne peuvent pas vivre pire que ce qu’ils ont vécu, tout le reste est littérature.

Maintenant grâce à nos vaillants soldats, le calme finira par s’installer et les amateurs de gabegie en auront pour leurs frais.

Vive la Tunisie unie, libre, et paisible sans haine et sans violence !

Discussion

A propos de Le Zenith

A voir aussi

Vers un horizon plus sain

Par Adly Kaffel En traversant l’avenue Habib Bourguiba, mythique lieu de l’histoire tunisienne, témoin de …