mardi 24 novembre 2020
Accueil / Actualité / De Sfax à Nice, itinéraire d’un terroriste… l’autre histoire.

De Sfax à Nice, itinéraire d’un terroriste… l’autre histoire.

Au fait, l’histoire a commencé à Bouhajla dans le rif de Kairouan… il y a plus de 25 ans.

Un couple démuni choisit l’exode vers Sfax dans l’espoir d’une vie meilleure.

Dans un pays qui voit pointer à l’horizon une crise démographique due au vieillissement de sa population et où le planning familial a fait des miracles dans les grandes villes, ce couple a eu 10 enfants.

Installée dans une ville supposée être industrielle, le père est berger…et le frère ainé est vendeur de friperie.

Brahim a quitté l’école avec un niveau de 7ème année de base. Personne ne nous a dit à quel âge il a quitté l’école… mais tout le monde sait que BRAHIM fait partie des 100 000 tunisiens qui quittent l’école chaque année… dans un pays qui a été bâti sur la base de l’école pour tous… Même pour les illettrés d’un certain âge !

Brahim a quitté l’école sans pour autant maitriser un peu le français ou l’anglais… pourtant depuis qu’il était en troisième année primaire, il suivait des cours de français… et depuis qu’il était en cinquième année primaire, il assistait à une séance de deux heures en anglais…

Brahim a travaillé chez un artisan, qui répare les bicyclettes et les mobylettes… Sa mère affirme qu’il a bien maitrisé ce métier.

Mais il a cherché l’argent plus facile dans une ville supposée être industrielle et riche. Il a choisi la contrebande d’essence comme métier avec la bénédiction de sa mère.

N’est-il pas vrai que la contrebande rapporte plus et bénéficie de l’impunité la plus totale dans un pays où les bénéficiaires des bons d’essence dans l’administration vendent leurs bons moins que leurs valeurs et approvisionnent les voitures de service que l’état leur donne (et leurs voitures personnelles aussi) avec l’essence de la contrebande ?

Le père de Brahim, affirme n’avoir jamais discuté avec son fils… et il affirme ne pas savoir ce que sa progéniture fait. Si c’est vrai, pourquoi a –t-il procréé à dix reprises ? Personne n’a conseillé le père ou la mère d’arrêter la procréation à un certain moment ?… Où la mère a –t-elle accouché ? qu’a fait l’assistante sociale ?

Dans ce quartier que je connais bien, ELBADRANI (en bordure de la route de Gabes à 4km de Sfax derrière le cimetière) qui avait connaissance de l’existence de cette famille… à part quelques voisins et l’épicier du coin qui tient encore le carnet de crédit de la famille ?

IL y a 6 ou 7 ans , on a été avec des amis dans un collège près de cette cité pour des examens ophtalmologiques et pour un don de lunettes de vue, on a découvert des enfants presque aveugles qui suivaient des cours et qui étaient en difficulté d’apprentissage. Personne ne s’en était rendu compte.

On a été surpris par le nombre d’hommes tout vêtus de blanc, avec leurs barbes délaissées qui sillonnaient autour du collège…personne ne s’en était rendu compte, sauf le directeur du collège qui a poussé un cri d’alarme en nous suppléant de créer des clubs culturels dans ce collège.

Nous l’avons fait. Mais dans ce collège beaucoup de Brahim existent…Dans beaucoup de collèges on n’infante que des Brahim…

Brahim a choisi d’immigrer clandestinement.

Brahim a choisi de tuer publiquement.

Brahim est l’enfant légitime d’un État qui ne fait que créer la terreur de par les défaillances de son système.

Et des Brahim, on en a eu… ils s‘appelaient Nizar Trabelsi… les assassins du général Messoaud en Afghanistan, entre autres…

Et des Brahim , il y en aura… encore et encore… Malheureusement.

Hacem KAMOUN

citoyen tunisien…

Humaniste avant tout.

Discussion

A propos de Le Zenith

A voir aussi

ARP : collusions, invectives et vidéo

Par Anis Basti On ne compte plus les châtiments que la Révolution de 2010-2011 a …