mercredi 1 décembre 2021
Accueil / Actualité / Qui l’eût cru

Qui l’eût cru

Par Zouhair BEN JEMAA

Bourguiba serait-il derrière ça, aurait-il continué à veiller sur la Tunisie du fond de sa tombe ? En tout cas, ce qui se passe chez nous est assez saisissant. Parmi les patriotes qui ont permis la délivrance que nous dégustons après onze années d’hypocrisie, d’injustice, de fausse démocratie et de corruption à outrance, trois femmes ont brillé par leur dévouement pour la patrie : A. MOUSSI qui s’est battue comme une tigresse contre la personne de R. GANNOUCHI et qui a réussi à le déstabiliser malgré son extrême hypocrisie, Mme GZARA, au nom du collectif des avocats des martyrs BELAÏD et BRAHMI, et qui a fait tomber le plus ripoux, le plus escroc et le plus mafieux juge de tous les temps, et enfin Mme MZARI, membre du conseil supérieur de la magistrature qui a défendu mordicus la nécessité de juger celui qui a sali la réputation de toute la profession de la magistrature, le célèbre Béchir AKREMI qui n’est pas digne de la citoyenneté tunisienne. Merci au combattant suprême d’avoir laissé cette arme indestructible qu’est la femme tunisienne !

On entend çà et là des voix qui, de bonne foi ou de très mauvaise foi, réclament au Président Saïd de retourner vite à la démocratie, donc au parlement. C’est notamment le slogan du parti ENNAHDHA qui a financé à coup de millions un lobbying aux USA pour que les Américains interviennent en faveur de ce retour au parlement ! Quel culot, quelle hypocrisie, quelle nullité, vous voulez qu’on retourne chez nos bourreaux d’hier, chez nos mafieux qui ont mis le pays en faillite ? Vous voulez passer l’éponge bande de lâches, vous réalisez ce que cela veut dire pour le peuple qui est resté sur sa faim car il voulait en découdre avec les mafieux et prendre sa revanche ! Vous ne savez pas que le « coup » comme vous l’appelez, a sauvé la Tunisie d’un bain de sang terrible ?

Alors calmos, ceux qui ont détricoté nos institutions minutieusement avec la complicité d’une armada d’opportunistes doivent d’abord être jugés, ils doivent rembourser ce qu’ils ont pris à la nation, puis ils doivent être déclarés inéligibles à vie, nous aurons assez de femmes et d’hommes jeunes, intègres et patriotes pour prendre en mains le destin de la Tunisie !

La force de K. SAID est son intégrité, il n’a jamais revendiqué autre chose que son capucin qu’il a l’habitude de prendre au café du coin à MNIHLA. En plus, c’est un légaliste et il connait bien son droit sans être prétentieux ni haineux comme ce nullard qui voue au Président une jalousie maladive et qui se prend pour Dieu le constitutionnaliste. Ajoutez à cela le patriotisme inconditionnel du Président, et vous avez devant vous l’homme par qui jamais la dictature ne s’invitera. Et quand bien même il changerait d’avis, personne ne peut croire un instant que cela réussirait. Les données ont changé, la liberté d’expression est ancrée dans les têtes, et les puissances étrangères ne laisseraient pas passer. Alors que si n’avions pas eu ce 25 Juillet, nous allions tout droit vers une dictature dirigée par un couple très vicieux et très dangereux : Islam politique et Mafia ! A présent les frontières sont verrouillées, le ministère de l’intérieur est assuré puisque purifié, l’armée a de tout temps été notre trésor, elle a toujours été neutre mais diaboliquement patriote, il reste juste une reprise en main de la justice par les juges dignes et intègres qui respectent l’éthique et craignent le Dieu qui ne laisse rien passer !

Chacun aura droit à une défense juste, rien ne se fera par vengeance ou par haine, mais rien ne passera par les mailles du filet, nous voulons la vérité, toute la vérité, rien que la vérité ! Ceux qui crient au scandale feraient bien de s’abstenir car on sait tous qu’ils sont les premiers impliqués dans la corruption qui a appauvri tous les honnêtes gens !

Ceux qui se disent softs et qui prônent le dialogue, voire ceux qui se sont retournés contre le gourou doivent d’abord nous dire ce qu’ils savent s’ils espèrent se réconcilier avec la société, car il n’est pas si simple de faire partie de la bande, de profiter au maximum, et le jour où le vent tourne, on se contente de faire quelques déclarations, aussi douces soient elles, en espérant se racheter une nouvelle virginité, Que Nenni les enfants, d’abord on passe à la caisse ! La dame KSIKSI aurait déclaré récemment que la violence au parlement est le fruit d’une incitation de la vice-présidente CHAOUACHI, et d’un encouragement du sieur FERJANI qu’on dit être l’homme du service secret d’ENNAHDHA ! Nous devons connaître tout ça pour mieux comprendre ce qui nous était arrivé.

MECHICHI doit nous dire la vérité sur les vidéos compromettantes que ses mentors détenaient pour le faire chanter. Car ce personnage, bourré d’incompétence a fait perdre à la Tunisie au bas mot six mois de sa vie, et quelques milliers de vies innocentes par sa nullité dans la gestion de la pandémie et de toutes les affaires de l’Etat en général. Avec arrogance et moquerie, il s’est affiché attablé à la sortie du parlement après le vote de confiance, avec les représentants des trois partis coupables de tous les maux du pays, il avait aussitôt remanié son gouvernement pour sortir entièrement de la cohésion institutionnelle et commencer son dédain vis-à-vis du Président de la République, quel crétin, honte à lui !

Pour A. MOUSSI, elle a intérêt à se préparer, à réorganiser ses troupes, à laisser la justice du pays suivre son cours jusqu’au bout, et à se préparer aux prochaines législatives qui devraient avoir lieu en tout début de l’année prochaine. Par patriotisme elle n’a aucun intérêt à vouloir affaiblir le camp du président, sinon elle verrait son électorat fondre comme neige. Pour les quelques voyous qui ont réussi à fuir le pays avant le 25 Juillet, ils ne l’emporteront pas au paradis et ils nous épargneraient la peine de les juger. Pour les gros bonnets de la malversation, les présidents des instances fantoches qui ont contribué à l’enrichissement illicite de certains ripoux, et bien nous attendons de ceux-là des aveux complets et le remboursement de tout ce qui a été spolié, nous n’avons pas un malin plaisir à les voir en prison. L’Etat doit retrouver son prestige, et à l’instar de ce qui vient de se produire avec les taxis qui voulaient user de la force et paralyser la capitale, la police a agi avec un esprit républicain et avec fermeté. La reprise du transport du phosphate est également un signe très positif qui verse dans la culture du travail qui nous manque tant ! Enfin les « NABBARAS » doivent prendre congé et laisser les institutions se remettre en ordre, la Tunisie est bénie de Dieu et retrouvera naturellement et très vite sa place au sein du monde civilisé !

Discussion

A propos de Le Zenith

A voir aussi

Mon édito… par Myriam Belkadhi : “Le risque est beau”disait Platon.

Une crise peut parfois être bénéfique. Elle peut être carrément efficace. Mais chaque crise doit …