lundi 25 mars 2019
Accueil / Culture / Cinéma / PORTO-FARINA

PORTO-FARINA

Quand on imagine les moyens mis à sa disposition, quand on connaît le personnage Ibrahim Letaief l’éternel insatisfait, on ne peut qu’être impressionné par la qualité de la couvée ‘‘PORTO-FARINA’’ ! Ibrahim a su être avec les acteurs pour avoir réussi ce grand coup, il fait parti de ces grands personnages qui sont inspirés par un grand idéal, et qui concoctent dans le silence pour projeter majestueusement à l’arrivée ces images très riches en couleurs, en pleine lumière sur l’écran ! Personne ne travaille mieux que lorsqu’il est submergé par sa passion. On a eu droit à un défilé de thèmes puisés dans le jardin profond et fabuleux de notre société, et le metteur en scène a su ressortir le suc le plus doux de notre patrimoine et de notre langage.

Il y a dans ce film une pléiade d’excellents acteurs qui ne se sont jamais fait de l’ombre les uns les autres. Le verbe haut, cru et fort, on sent la parfaite complicité entre eux, comme on sent la spécialisation de chacun dans la thématique bien spécifique qui lui fut attribuée. Une belle brochette qui a su mettre une belle ambiance pour un public en manque de bonheur et de distraction. Ce film  d’ailleurs pointe bien l’opposition entre deux modes de vie, celui authentique riche en couleurs et en tolérance, et l’intrus depuis peu qui menace de tout son poids la joie de vivre de cette société tunisienne assoiffée de liberté et de dignité. Un film drôle jusqu’à soif, fidèle à notre vécu, avec une magistrale leçon d’émancipation de la femme qui a su, de tout temps, avoir le dernier mot malgré les apparences ou l’excès de misogynie chez certains incurables.

PORTO-FARINA est offensif dans la lutte de préservation des acquis de la femme, et de la modération. Les vedettes féminines ont arboré fièrement leur identité de combattantes dignes et fortes. Elles ont excellé dans la mission de rappeler, si besoin était, que l’on ne badine pas avec la personnalité féminine.  Un film dans la vérité qui a battu en brèches tous les tabous et l’hypocrisie des faux-culs qui veulent à tout prix nous enfermer dans l’inculture et l’obscurantisme ! Décors, costumes, panache, ce film est réjouissant et le spectacle est flamboyant.

Le débat de société que nous livrent les politiques au quotidien est trop brutal et loin d’être rassembleur, et rien ne vaut l’art et la culture pour rapprocher les antagonistes et apaiser les tensions. Le cinéma est un art de débat et d’enthousiasme, et le pays gagnerait beaucoup à adopter une politique d’encouragement, et de soutien à tous les passionnés de cinéma, pour que la culture joue pleinement son rôle dans la société tunisienne, et que la jeunesse se remette à rêver à nouveau, et à créer. L’heure est à l’inventivité, au réveil citoyen, et non aux chimères programmées par l’échec et le pessimisme !

Discussion

A voir aussi

A la recherche du moi perdu

Narcisse, Aziz Rouhou, sommes-nous ce que les autres veulent faire de nous ? Narcisse ou …

Laisser un commentaire